Test Naish Wing-Surfer MK4 5.5 2022/2023

11/01/2023

Présentation du produit
"Conçue pour "cocher toutes les cases" en termes de performances, de fonctionnalités et de portée, l'avenir de la wing est ici avec le Wing-Surfer MK4. Cette quatrième génération combine l'équilibre parfait entre puissance, rigidité et torsion pour une stabilité et une vitesse optimales. Le bord d'attaque et le boudin central ont un diamètre plus élevé pour ajouter de la rigidité et ainsi obtenir stabilité et puissance. Elle dispose de trois longues poignées ergonomiques pour plus de confort et de contrôle, ainsi qu'une mini-poignée supplémentaire pour plus de puissance en cas de besoin. Des fenêtres plus petites ont réduit le poids total sans aucun compromis sur la visibilité. Pour ceux qui recherchent la meilleure combinaison de puissance, une large plage d’utilisation, une vitesse de pointe folle et une capacité de saut inégalée, la Wing-Surfer MK4 est l'aile dont vous ne pouvez pas vous passer."

 

En détails
Nombre de poignées/wishbones : 
4 poignées souples (3 longues, une toute petite) + 1 poignée sur le bord d’attaque
Fenêtres : Oui, une de chaque côté du boudin central
Leash : Fourni, en mode bracelet et hélicoïdal à émerillons (absent pour notre test)
Pompe : Non fournie, embout identique aux SUP avec quart de tour pour le push pin
Surfaces disponibles : 2.5 / 3.0 / 3.5 / 4.0 / 4.5 / 5.0 / 5.5 / 6.0 / 6.5 / 7.5
Couleurs : Jaune/bleue, rouge/noire ou bleue/grise
Poids : 3,1 kg après plusieurs utilisations
Prix public conseillé : 949 € en 5.5m²

 

Découverte
Naish fait partie des majors des sports de glisse avec son personnage emblématique qu’est Robby Naish. Deux modèles sont proposés par la marque. Si vous avez déjà pu lire le test de la Matador LT, c’est désormais la Wing-surfer MK4 qui passe au banc d’essai. A noter qu’elle est disponible pratiquement tous les 0.5 cm² entre 2.5 et 7.5 m². Elle existe en trois couleurs différentes et offre deux fenêtres. Bien renforcée, elle offre également une quatrième poignée de toute petite taille et la construction est soignée

 

Equipement yesyesyesyes
Comme pour la Matador LT, nous avons reçu une aile qui se range dans son sac à bandoulière, très ajusté et plus long que large. Un lien de serrage permet de faire la place pour le passage de l’aile puis de resserrer. Il vous faudra bien la plier pour pouvoir rentrer facilement cette dernière dans le sac. Il y a bien évidemment l’accroche pour la pompe sur le côté avec les élastiques pour la tenir. Naish utilise les mêmes valves que sur les SUP gonflables et c’est très facile et agréable à utiliser. Toujours bon à rappeler, il ne faut pas oublier de faire le quart de tour sur le push pin, sous peine de devoir gonfler à nouveau votre aile. La durite de transfert de l’air vers le boudin central est de gros diamètre, cela gonfle plutôt rapidement. Il y a une deuxième valve simple, sur le boudin central, pour le dégonflage et cela va donc très vite pour ranger. Petite originalité sur cette MK IV avec une toute petite poignée à l’arrière des 3 longues poignées, en sangle, habituelles. Le passage pour les mains est très facile. Comme sur la Matador, la poignée de depower est, quant à elle, positionnée très proche du boudin central avec un large patch en néoprène pour protéger la main. L’accroche du leash est centrée, toute proche, et ce dernier est fourni par la marque. Nous ne l’avions pas pour notre test et vous n’en verrez donc pas de photo dans la revue de détails.

 

Poids yesyesyesyes
Elle ne fait pas partie des modèles ultra légers. La construction est soignée et l’accent est mis sur la longévité pour cette wing tous publics. Avec 3,1 kg sur la balance après plusieurs utilisations, elle ne sera pas la plus facile à utiliser dans le vent très léger mais elle le devient dès que le vent est présent. C’est une aile dont le poids se fait oublier pour se positionner à l’horizontale facilement et le rester grâce à la position de la poignée de depower. Le patch néoprène apporte la protection et le confort pour ne pas sentir le boudin au contact direct de la peau. Les renforts de chute (3 par côté) augmentent également un peu le poids mais sécurisent votre chute de wing.


Accessibilité yesyesyesyes
Elle est compacte pour une 5.5 m². Mais elle est aussi assez imposante avec ses gros boudins. Si la question ne se pose pas quant à l’intuitivité des poignées grâce à leur positionnement, quand il n’y a pas de vent elle semble un peu lourde dans les bras. C’est le cas de nombreuses ailes dès que les 5.0 sont dépassés ! Quand le vent est suffisant, c’est une toute autre aile. Elle offre de la puissance pour venir rapidement monter sur le foil. Et dans le vent plus fort, cette quatrième poignée permet de border à fond pour aller chercher de meilleures performances. Ce n’est pas l’aile la plus facile mais une fois que le vent est présent, tous les publics de pratiquants peuvent imaginer l’utiliser.


Rigidité yesyesyesyesyes
C’est un point positif de cette MK4. Elle offre un très bon maintien de profil avec une pression recommandée de 6 à 8 PSI pour cette taille. Nous l’avons toujours gonflée à 8 PSI pour nous assurer une bonne tenue. Et ça fonctionnait plutôt bien. Réactive au pomping grâce au côté compact, elle garde la souplesse nécessaire à cet exercice. Nous avons tout de même touché un peu avec les oreilles lors de nos tentatives dans le vent très léger.    

 

Stabilité yesyesyesyes
Ce maintien de profil intéressant entraîne très peu de déformation dans les risées et nous avons souvent utilisé cette wing dans l’espoir d’aller toujours plus vite. Dès que le vent est établi, la position des poignées permet d’avoir de la puissance de traction pour caler l’aile dans le vent, et il y a éventuellement la dernière petite poignée qui permet de border encore plus fort ! C’est une aile confortable en cruising. Dans le vent établi, la toile ne bouge pas vraiment, grâce aux petits renforts de chute. Malgré la taille de son bord d’attaque, elle se positionne facilement à l’horizontale. La poignée de depower est facile à aller chercher et l’aile reste dans le vent sans sentir le poids, c’est agréable.


Maniabilité yesyesyesyes
Les poignées sont intuitives et leur placement est bon. La petite dernière, toute petite, est un peu plus difficile à aller chercher mais offre la rigidité nécessaire à son utilisation prise de puissance. La prise en main est plutôt agréable, elle aussi, et le poids de cette 5.5 oblige un peu d’inertie dans les mouvements par rapport aux petites ailes que nous avons en test. La position particulière de la poignée de depower ne nous a pas posé de problème sur cette taille d’aile qui nécessite souvent d’avoir l’aile un peu plus en maintien que sur les petites tailles utilisées dans des vents établis ou forts. Comme la Matador déjà parue en test, cette MK4 est très agréable en freefly avec cette capacité de rester à l’horizontale.

 

Plage d’utilisation yesyesyesyes
Elle est puissante, comme annoncée par la marque, mais dans les vents très légers nous l’avons trouvée un peu encombrante donc moins facile que d’autres modèles pour prendre le vol. Avec son côté compact et ramassé, elle réagit bien au pomping, dès lors qu’il y a un peu d’air pour donner de petits à-coups mais elle est plus compliquée dans de grands mouvements. Nous l’avons déjà écrit plusieurs fois mais dès que le vent est présent, sa stabilité et sa rigidité lui permettent de tenir la route, longtemps. Et cette possibilité de border encore plus fort, avec la quatrième poignée, permet d’imaginer sortir dans le vent assez fort pour les navigateurs confirmés à la recherche de sensations de vitesse. Les gabarits les plus lourds pourront compter sur cette capacité pour avoir une large plage d’utilisation. La possibilité de rapidement la déventer et la passer à l’horizontale permet également de s’autoriser des sorties avec un vent irrégulier, c’est agréable et sécurisant.

 

Polyvalence yesyesyesyes
C’est le modèle de la marque qui doit permettre de passer partout avec une priorité donnée à la navigation cruising ou la recherche de vitesse. Elle offre tout de même un très bon potentiel au surf et au downwind avec une aile qui reste à l’horizontale. Il n’y a qu’en freestyle que nous avons été un peu plus à la peine avec ce gabarit imposant en 5.5. Il existe tellement de tailles sur ce modèle qu’il y a de quoi se composer un quiver multi activités !

 

Verdict
Les wings de la marque ont beaucoup évolué avec le temps et cette MK4 bénéficie de tous les retours des modèles précédents. Elle présente des qualités intéressantes et ses performances sont vraiment à la hauteur de ses concurrentes. Elle se situe dans la moyenne au niveau tarif, nous avons apprécié la qualité de fabrication qui ressort de ce produit. Et à l’inverse de la Matador qui ne proposait que quatre tailles, vous n’aurez, ici, que l’embarras du choix pour trouver votre wing idéale en fonction de votre gabarit et de vos habitudes de navigation. Elle est disponible entre 2.5 et 7.5 !

 

Les conditions du test
Vent :
Entre 8 et 20 nœuds
Etat de la mer : Plat, clapot, houle, vagues
Spots : Almanarre, Bergerie, Leucate
Temps effectif de navigation sur le produit : 8 heures sur 9 navigations

 

Les +
Rigide et stable
Performances générales
Puissance et quatrième poignée "tête dans le guidon"
Qualité de fabrication

 

Les -
Légèrement plus lourde dans le vent léger
Pas toujours facile à rentrer dans le sac

 

Naish Wingsurfer MK4 5.5 2022/2023
Novices yesyesyes (Compacte mais un peu lourde pour des débutants)
Intermédiaires yesyesyesyesyes (Performante et puissante pour évoluer)
Confirmés yesyesyesyesyes (Les performances sont au rendez-vous)
Experts yesyesyesyes (Stable et polyvalente, un peu encombrante en freestyle)

 

Initiation yesyesyes (Intuitivité des poignées mais plus adaptée en taille plus petite)
Cruising yesyesyesyesyes (Stabilité et puissance pour du confort et de la sécurité en navigation loisir et balade)
Vitesse yesyesyesyesyes (Bon maintien de profil pour rechercher votre Vmax avec cette quatrième poignée originale)
Course yesyesyesyes (Stabilité, puissance et positionnement facile, un tout petit peu lourde)
Freestyle yesyesyes (Compacte mais un peu encombrante à notre goût)
Freefly yesyesyesyes (Bonne tenue à l’horizontale pour cette superficie)
Surf yesyesyesyes (Passage facile d’une main à l’autre et reprise des poignées intuitive)



Source : Mathieu Bonno/Myboardreport
Photos : Mathieu Bonno/Myboardreport

tags: Naish Wing-Surfer MK4

Articles similaires

Avec ou sans harnais, la réponse par Robby Naish

Véritable légende vivante du windsurf et waterman complet qu’on ne...

Une session full speed avec Robby Naish

Dans un sport qui va décidément très (trop ?) vite, aller le plus vite...

Robby Naish à Lanes

À 60 ans passés, Robby Naish reste un éternel jeune homme qui surfe sur les...
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer